Guerre économique : Comment les États-Unis font la loi.

► Une enquête de Benoit Collombat, journaliste à la Cellule investigation de Radio France.

Alcatel, Alstom, Technip, Total, la Société Générale, BNP Paribas… Toutes ces entreprises françaises se sont retrouvées, ces dernières années, poursuivies par la justice américaine pour des affaires de corruption ou de contournement d’embargos.

Elles ont été poursuivies sur la base de ce qu’on appelle « l’extraterritorialité du droit américain. Ce sont des lois qui permettent de poursuivre des entreprises non américaines à l’étranger, à condition qu’elles aient un lien avec les Etats-Unis.

http://www.franceculture.fr/amp/economie/guerre-economique-comment-les-etats-unis-font-la-loi

Advertisements

Histoires de Camille | ARTE Radio

C’est le seul prénom brandi sur les Zone à Défendre (ZAD) à l’intention des micros et des caméras. Un nom unisexe et militant : ici, tous et toutes s’appellent Camille. Défiance envers les médias, désir d’anonymat, horizontalité des décisions ou encore abolition des frontières de genre : Camille en dit long sur l’esprit qui anime ces « utopies concrètes ». Adrien, bordelais et infirmier, est passé par les ZAD de Notre-Dame-des Landes et de Sivens avant de devenir Camille à plein temps.
https://www.arteradio.com/son/616594/histoires_de_camille

Paramétrer notre bulle de filtre pour en reprendre le contrôle.

«Avant l’internet, les grands médias étaient nos filtres sur le monde. Selon le journal que vous achetiez, la chaîne de radio ou de télévision que vous suiviez, votre vision du monde était différente, rappelle sur son blog Ethan Zuckerman (@ethanz), directeur du Centre pour les médias civiques du MIT (@civicMIT). Puis, internet et ses puissants moteurs de recherche ont permis de faire naître des filtres selon ses centres d’intérêts. Les médias sociaux ont ensuite proposé une autre forme de filtre, des filtres basés sur nos relations sociales… jusqu’à ce que celles-ci deviennent trop importantes et qu’elles nécessitent une autre approche : une approche algorithmique qui personnalise le filtrage selon un ensemble complexe de facteurs. La bulle du filtre, posée par Eli Pariser, repose sur l’idée que nos tendances naturelles à l’homophiliesont amplifiées par des filtres conçus pour nous donner ce que nous voulons, plus que des idées qui nous challengent, nous conduisant à des formes d’isolement idéologique et à la polarisation. Avant l’internet, les grands médias étaient nos filtres sur le monde. Selon le journal que vous achetiez, la chaîne de radio ou de télévision que vous suiviez, votre vision du monde était différente, rappelle sur son blog Ethan Zuckerman (@ethanz), directeur du Centre pour les médias civiques du MIT (@civicMIT). Puis, internet et ses puissants moteurs de recherche ont permis de faire naître des filtres selon ses centres d’intérêts. Les médias sociaux ont ensuite proposé une autre forme de filtre, des filtres basés sur nos relations sociales… jusqu’à ce que celles-ci deviennent trop importantes et qu’elles nécessitent une autre approche : une approche algorithmique qui personnalise le filtrage selon un ensemble complexe de facteurs. La bulle du filtre, posée par Eli Pariser, repose sur l’idée que nos tendances naturelles à l’homophiliesont amplifiées par des filtres conçus pour nous donner ce que nous voulons, plus que des idées qui nous challengent, nous conduisant à des formes d’isolement idéologique et à la polarisation. »

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2018/01/13/parametrer-notre-bulle-de-filtre-pour-en-reprendre-le-controle/

Un nouveau métier : Architecte collaboratif

«… Je ne me contente plus de mettre en œuvre des solutions SharePoint et/ou Yammer. Avec mes coéquipières, nous sommes maintenant des architectes collaboratifs qui mettons en musique les différentes solutions qui sont aujourd’hui disponibles dans la suite Office 365. 

  
Avec les équipes de mes clients, dans le cadre de projets de “digital working” (cliquer ici) nous imaginons avec eux, en parfaite agilité, quels sont les outils (parmi toute la palette disponible aujourd’hui) qui vont permettre de répondre au mieux à leur problématique quotidienne.

 

On ne parle pas de projet informatique ici, on parle bien de véritable transformation digitale, mieux, de projet managérial. 
 

L’objectif est de passer d’un mode de travail “analogique” à un mode de travail “digital”, d’une collaboration basée sur le mail et le serveur de fichiers, à un mode de travail exploitant toutes les opportunités offertes par les outils pour converser, gérer les tâches, partager les documents et les informations, porter une démarche, co-construire des documents, analyser des données, digitaliser des processus, etc. …»

https://www.digital-inside.fr/single-post/2017/12/17/Un-nouveau-m%C3%A9tier-architecte-collaboratif

 Égoutiers de l’Internet ? Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 8 janvier 2018)


«… On aurait pu imaginer une sorte d’exultation à la reconnaissance suprême du bien-fondé de la cause. L’ambiance est plutôt à une vague intuition du péril. De fait, le pas de trop est celui qui jette d’un coup une lumière un peu blafarde sur tout l’édifice.

Égoutiers de l’Internet ?

Car il devient de plus en plus difficile de se déclarer soldat de la vérité. L’enrôlement plus ou moins crapoteux au service du grand capital numérique n’était déjà pas bien glorieux – on ne s’était d’ailleurs pas trop précipité pour faire la publicité de ces collaborations. …»

https://blog.mondediplo.net/2018-01-08-Macron-decodeur-en-chef

Manger seul.e au resto, honteux et tabou pourtant on peut adorer ça

Spécialiste des comportements alimentaires, le psychiatre Gérard Apfeldorfer va encore plus loin. Si choisir de manger seul-e est aussi subversif, c’est qu’il s’agit d’un plaisir solitaire. Vous voyez où on veut en venir ?

“Manger seul-e renvoie soit à quelque chose de purement fonctionnel, soit à de l’onanisme. Si le repas est un plaisir partagé, tout va bien ; mais si on choisit de ne pas partager, ce plaisir solitaire peut apparaître à certains comme immoral.”

https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20180103.OBS0097/manger-seul-au-resto-honteux-et-tabou-pourtant-on-peut-adorer-ca.html