« Les hackers créent les cultures de la désobéissance dont nous avons besoin » – ©Rue89 – L’Obs

« Des groupes décentralisés », « sans leaders », qui « préservent la conflictualité »… En lisant votre livre, j’ai été frappée par le fait que ces termes, choisis pour décrire le fonctionnement des Anonymous, s’appliquaient aussi très bien aux mouvements d’occupation de ces dernières années, et en France au récent Nuit debout par exemple. La « politique des hackers » influence-t-elle les formes d’activisme politique contemporaines ?

Gabriella Coleman : C’est vrai que ça résonne. Mais je pense que les mouvements d’occupation ont une autre généalogie – en Europe, mai 1968 et aux Etats-Unis les mouvements anti-nucléaire et antimondalisation, influencés par les quakers [mouvement religieux anglo-saxon, caractérisé notamment par l’absence de credo et l’égalitarisme, ndlr]. La vague récente des occupations a aussi été influencée par les printemps arabes.

De son côté, le monde des hackers a sa propre histoire de décentralisation.

Source: « Les hackers créent les cultures de la désobéissance dont nous avons besoin » – Rue89 – L’Obs

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s