Le big data fait des petits | ©Le Monde

 

Aux Trophées du big data, à Paris, les 7 et 8 mars 2016. « Le job le plus sexy des dix prochaines années sera celui de statisticien. » C’est Hal Varian, économiste chez Google, qui l’a dit. Et sa petite phrase s’affiche sur grand écran au Palais des congrès.Si elle plaît autant dans l’amphithéâtre, c’est qu’il est rempli de statisticiens. Pardon, de data scientists, comme on les appelle aujourd’hui. Jean-Paul Isson, l’animateur — pardon, le keynote speaker — sait flatter une salle. « Qui a déjà entendu parler du big data ? », demande-t-il ainsi à cette salle bourrée de gens venus à la conférence Big Data Paris. Son intervention est censée porter sur les predictive analytics, ce que les données permettent de prévoir. Il nous apprend qu’un tiers des ventes d’Amazon sont « fondées sur des predictive analytics ». En passant, il nous signale qu’on peut trouver sur le site de vente en ligne son livre et celui à venir, « qui sort le mois prochain d’ailleurs ». La nouvelle ruée vers l’or du big data fait le succès des vendeurs de pelles.

Source: Le big data fait des petits

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s