La traque aux particules fines passe par le Ballon de Paris [boursorama.com]

Attraction de l’ouest de la capitale, le Ballon de Paris n’emporte pas que des touristes : il abrite en permanence un appareil aussi discret que novateur, qui permet d’étudier les poussières les plus microscopiques, une des principales sources de pollution de l’air.

Il y a des travaux solides sur les particules inférieures à 10 micromètres PM10 et à 2,5 micromètres PM2,5, mais pour celles qui sont encore plus fines, en dessous d’un micromètre, ce n’est pas le cas”, explique à l’AFP Jean-Baptiste Renard, chercheur au CNRS/LPC2E et responsable du dispositif à bord de l’aéronef depuis le printemps 2013.

Or, ces particules ultrafines sont aussi les plus nombreuses : elles sont entre 10.000 et 100.000 par litre d’air, et 100 à 1.000 fois plus lors des pics de pollution. D’où la nécessité de mieux les connaître. Ce que permet une petite boîte blanche fixée sur l’extérieur de la nacelle du ballon gonflé à l’hélium et relié au sol du parc André Citroën XVe par un câble.

via La traque aux particules fines passe par le Ballon de Paris [boursorama.com].

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s