Pierre-Yves Oudeyer (Inria) : « modéliser l’apprentissage d’un robot peut éclairer le fonctionnement de l’être humain » [lesechos.fr]

Pourquoi les sociétés asiatiques semblent-elles plus en avance dans l’acceptation de ces robots ?

C’est tout un ensemble de raisons culturelles, religieuses, historiques, cosmogoniques avec comme au Japon ou en Corée, une conception différente de l’artifice et du rapport à la nature. A l’inverse du monde occidental, les asiatiques ne se perçoivent pas comme étant au sommet d’une pyramide avec une séparation très nette avec le reste du monde vivant, mais au contraire comme faisant partie d’un réseau complexe intégrant même les objets. Les Japonais qui vouent un culte à la nature ont par exemple l’habitude d’accrocher dans les rues des petits bouts de plastique pour célébrer l’automne et la chute des feuilles des arbres. Dans leurs petits jardins, ils représentent la nature en miniature avec des artifices cachés. Pour les roboticiens japonais, un robot est un hommage à la nature. Dans la littérature ou le cinéma asiatique, le robot arrive pour sauver le monde alors qu’en occident, il génère rapidement des problèmes.

via Pierre-Yves Oudeyer (Inria) : « Les robots vont avoir des impacts sociétaux énormes », Interview.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s