Viralité du selfie, déplacements du portrait [L’Atelier des icônes]

Cela fait 175 ans qu’on porte sur la photographie un regard distrait. Pas celle de la cimaise ou de la page imprimée, faite par des acteurs légitimes et scrutée par la critique, mais celle de tous les jours, qu’on fait sans y penser. La photo telle qu’elle a été inventée, non pour ajouter un art subsidiaire à la liste des Muses, mais pour donner à chacun la capacité de produire ses propres images. Ne sait-on pas d’avance tout ce qu’il y a à savoir à son propos?

Pourtant, faute de la considérer, nous ne connaissons pas grand chose de cette photo ordinaire, réduite à quelques schémas expéditifs2. “Selfie” n’est qu’un mot. Mais la pratique à laquelle il renvoie dessine pour la première fois un territoire distinct dans l’aire confuse de la photo dite “amateur”, privée, familiale ou vernaculaire (autant de termes peu satisfaisants, auxquels je préfère substituer l’expression de photographie autoproduite).

Et pas n’importe quel territoire. S’appuyant sur une histoire des progrès techniques du portrait, Gisèle Freund proposait dès 1936 de penser la signification historique de la photographie comme l’accession de larges couches de la société à une plus grande visibilité sociale3.

L’analyse de Freund décrit la photo essentiellement comme un outil de représentation de soi. Baudelaire l’avait perçu de la même manière, et entonnait dès l’époque daguerrienne le même air que nos modernes détracteurs de selfies: «La société immonde se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur le métal. Une folie, un fanatisme extraordinaire s’empara de tous ces nouveaux adorateurs du soleil. D’étranges abominations se produisirent4.»

L’un et l’autre avaient raison. A l’opposé de l’imagerie descriptive que l’on demande aux professionnels de produire, en se mettant eux-mêmes en retrait, à quoi pourrait bien servir la photo autoproduite si ce n’est à enregistrer nos bribes d’histoire, c’est à dire à produire des images de nous?

via Viralité du selfie, déplacements du portrait | L’Atelier des icônes.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s